Une existence enti√®rement au service¬†d’ALLAH et de son Envoy√©

Cheikh Ahmadou Bamba a √©t√© initi√© √† la confr√©rie Qadiriyya par son p√®re. Il avait √©galement √©t√© initi√© aux confr√©ries Tidjaniyya et Shadiliyya. A chaque fois qu’il se lan√ßait dans une voie, il en pulv√©risait toutes les √©tapes et en d√©tenait tous les secrets.

Mais toutes ces voies ne suffisaient pas à étancher sa soif. Il dit:

« J’ai d√©pass√© les hommes et tout ce qui vient de leurs mains (leurs invocations, leurs rem√®des, leurs wirds, leurs litanies, leurs indications, leurs prescriptions), pour me tourner vers le Seigneur des hommess. »

¬†Il prit alors le Coran comme wird et comme dhikr. Il per√ßa les myst√®res du dhikr, dont il comprit que sa substance se trouvait dans « l√¢ il√¢ha illa-ll√¢h » (Il n’y a de divinit√© qu’ALLAH).

Son aspiration profonde √† ALLAH et son amour ardent pour MUHAMMAD (PSL) furent tels que ALLAH lui r√©v√©la « L’ENCEINTE SCELL√âE D’ALLAH » et il vit l’immensit√© de l’oc√©an divin, la gr√¢ce incommensurable de l’Eternel (al B√¢q√Æ), la pl√©nitude de la G√©n√©rosit√© divine (al Jawad), l’Amour divin (al Wad√ªd) dans lequel ALLAH enveloppe ses amis et ses saints, et la Cl√©mence divine (al Rahma).

Mais ALLAH lui montra la pl√©nitude de la « N√õR MUHAMMADIYYA » (la lumi√®re proph√©tique) et lui inspira que pour acc√©der √† L’ENCEINTE SCELL√âE, il devait passer par le Proph√®te Muhammad (Paix et Salut sur Lui).

Ayant aper√ßu la pl√©nitude de la « N√õR MUHAMMADIYYA », il s’√©cria:

« La beaut√© des gens de la terre et du ciel [la parure des deux mondes], c’est l’homme √† l’oriflamme [Muhammad], √† lui la louange.¬†Ma po√©sie a √©t√© embellie par l’apologie de celui que j’imite et j’attends de cette apologie toutes les formes d’√©l√©vation possibles.¬†La vision du soleil levant m’a emp√™ch√© de suivre les √©toiles et la lune dans le ciel. »

¬†Cheikh Bachirou MBack√© et Cheikh Mouhammadou Lamine Diop Dagana, biographes du Cheikh Ahmadou Bamba, disent que la multiplicit√© des √©toiles dans le ciel repr√©sente l’ensemble des envoy√©s ( « jami’a-l anbiya-i wa-r-rasul » ) qui d’apr√®s les savants sont au nombre de 124000. Quant √† la lune, elle d√©signe les diff√©rents p√¥les qui se sont succ√©d√©s; de m√™me que chaque mois a sa lune, chaque temps a son P√¥le1. Il affirme ainsi que c’est la vision du Proph√®te qui l’a emp√™ch√© de se limiter aux envoy√©s et aux p√¥les.

[ 1 Pôle : "Al Qutb"; il est au sommet de la hiérarchie mystique des hommes d'ALLAH (Rijâlu l-lâhi). Il est l'héritier du Prophète et ALLAH lui dispose la destinée des êtres humains dans la période prophétique à laquelle il préside. Il connaît la Loi Pure (législation contenue dans les Livres révélés) et la Vérité Radieuse (contenue dans la Tablette bien gardée). Il passe par tous les stades de la hiérarchie mystique avant d'être promu à la dignité polaire par Muhammad, l'Envoyé d'ALLAH.]

Le Cheikh r√©alisa tout ce que ALLAH renfermait dans la « N√õR MUHAMMADIYYA », et affirma:

« Muhammad est le r√©servoir de tout ce qui est utile dans les deux mondes. »

Il avait abandonn√© toutes les voies et tous les ma√Ætres. Il les d√©passa pour la lumi√®re fondamentale, le soleil divin, et r√©alisa son pacte avec Muhammad (Paix et Salut sur Lui). Alors ALLAH lui r√©v√©la les secrets de la lumi√®re proph√©tique, et il comprit que Muhammad est « Ahmad », « Al Maahi », celui par qui ALLAH efface l’incr√©dulit√©, les p√™ch√©s et tout ce emp√™che au coeur du croyant de vivre les r√©alit√©s de la foi.

Il est « Al H√¢shir », celui aux pieds duquel les gens se rassemblent, « Al ‘Aqib », le seigneur des proph√®tes et des envoy√©s, qui ne sera suivi d’aucun autre. Il est aussi le paraclet dont parle l’Evangile de Saint Jean.

Le Cheikh demande alors au Seigneur d’accorder Sa b√©n√©diction et Son salut au Proph√®te par ses noms « Barakhliti » et « Farkhliti ».

Alors naquit la phase d’imitation du Proph√®te (Paix et Salut sur Lui) et la course vers lui par le respect de son message (le Coran) et de sa tradition (sunna). ALLAH lui avait inocul√© l’essence de l’amour proph√©tique, et en germant, cette graine sem√©e en lui l’√©leva √† un degr√© incommensurable.

Il cherchait √† plaire au Proph√®te (PSL) par tous les moyens possibles: il d√©cida d’entreprendre le voyage pour la Mecque et M√©dine pour vivre aupr√®s du Proph√®te jusqu’√† son dernier souffle.

Mais il vit le Proph√®te (√† l’√©tat de veille et non en songe) qui lui demanda de ne pas se rendre √† M√©dine. Il dit dans « Ra’iya »:

¬† »Il a emp√™ch√© mon corps de lui rendre visite, mais ma langue et mon coeur lui rendent visite en permanence »

De m√™me, tous ceux qui ont v√©cu avec Cheikh Ahmadou Bamba l’ont entendu parler de la visite de l’ange Gabriel. A tous ceux qui lui demandaient s’il √©tait possible de rencontrer l’Archange Gabriel apr√®s le Proph√®te (Paix et Salut sur Lui), le Cheikh r√©pondit en citant deux vers du versificateur des « Ghazaw√¢t »:

« Certains disent que Gabriel se pr√©sente au croyant qui meurt; d’autres nient son apparition apr√®s le Messager de Dieu.¬†La v√©rit√© est que ces apparitions se perp√©tuent ».

Et il ajouta:

« De toute fa√ßon, ces propos s’adressent √† ceux qui sont susceptibles de les sentir, de les saisir en profondeur.¬†Il suffit donc au simple croyant de se soumettre et de se taire sous peine de se nuire. »

Dans sa qu√™te mystique, le Cheikh ne voulait qu’√™tre √©lev√© au niveau des compagnons du Proph√®te (Paix et Salut sur Lui et sur eux), √™tre son digne serviteur et devenir le continuateur de la Tradition Authentique de Mouhammad (PSL).

L’attachement du Cheikh Ahmadou Bamba au Proph√®te (Sur lui la Paix et le Salut du Tr√®s-Haut) √©tait tel qu’√† la naissance de son premier fils, il refusa qu’on lui donne le nom de son fr√®re Mame Mor. Il pr√©f√©ra le rebaptiser du nom de son bien-aim√© Muhammad Mustafa, car il disait:

« Entre moi et le Proph√®te (PSL), je n’interpose rien, ni personne. »

¬†Et le t√©moignage de son amour √† l’√©gard de Muhammad (PSL) est aujourd’hui concr√©tis√© par l’attachement indescriptible que lui rendent ses disciples; attachement qui traduit aussi leur reconnaissance √† l’homme de haute valeur islamique, qui avec beaucoup de t√©m√©rit√© et de r√©ussite a su se faire porte √©tendard de l’Islam, dans un contexte o√π le pouvoir temporel avait r√©ussi √† corrompre les d√©tenteurs du pouvoir spirituel.